CAMOUFLAGE ANTILLAIS

Posted by Jessy JSY on

L'archipel des Antilles est un vaste espace où diverses cultures se mélangent. Partageant un même territoire ainsi qu'une histoire commune j'ai voulu symboliser cette union, à l'instar du concept de créolité. Le textile est le support de cette expression. 

 

ANTILLES

Les Antilles sont un vaste archipel réparti entre la mer des Caraïbes le golfe du Mexique et l'océan Atlantique. L'archipel forme un arc de cercle de plus de 4 000 km de long s'étendant depuis le golfe du Mexique jusqu'au large du Venezuela. Elles représentent 235 830 km2 de terre émergée, pour 42 millions d'habitants. La zone économique exclusive  a été étendue à 350 milles en 2015 après l'avis favorable de l'Organisation des Nations unies.

Victime de la colonisation et de la traite négrière, la population de provenance diverse, est mixte. Composée majoritairement de personnes d'origine africaine et de métis, elle comprend aussi des individus d'origine européenne et asiatique. Quelques rares survivants des premiers occupants de ces régions, les Amérindiens, y sont encore présents, comme les Caraïbes.

 

CRÉOLITÉ 

Le mouvement de la créolité est en Martinique dans les années 1980 sous la plume de Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et Jean Bernabé. Le trio publie ainsi en 1989, L'éloge de la Créolité.

Comprendre la négritude, mouvement né dans les années 1930 et porté par Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor ou encore Léon-Gontran Damas. Ces écrivains prônent une redéfinition de l'homme noir à partir de ses racines permettant de dépasser la meurtrissure historique, rejetant le colonialisme, l'hégémonie culturelle, intellectuelle, raciale et morale de l'Occident et des Européens sur le continent et l'homme africain. Le mouvement de la négritude rapproche tous les hommes noirs, d'Afrique et de la diaspora africaine, autour d'un héritage nègre commun.

Plus tard, certains auteurs martiniquais, à l'instar d'Édouard Glissant, contestent la vision monolithique de la négritude. Ainsi, au début des années 1980, Glissant propose le concept d'antillanité pour décrire l'identité antillaise en ne s'appuyant pas uniquement sur l'expérience des descendants d'esclaves africains, mais intégrant l'apport des Caraïbes, des colons européens, des Indiens, des Chinois et des Syriens. Glissant et les autres adhérents au mouvement de la créolité : les créolistes n'appliquent leur réflexion qu'au vécu des peuples de la Caraïbe repoussant la domination des anciens colons. Ainsi, selon Confiant, le concept de créolité fait référence au terme Créole, qui vient de l'espagnol criollo  et signifie simplement « né aux Amériques » par opposition d'une part aux autochtones, dits plus tard Amérindiens, et d'autre part aux nouveaux arrivés, Européens et Africains, puis Asiatiques et Levantins.


DESIGN 

Les Antilles sont une large région où plusieurs civilisations se mélangent. Nous partageons un même espace ainsi qu'une histoire commune, par le vêtement j'ai voulu illustrer la richesse de notre nation.

Notre identité collective se dessine sous forme d'un motif qui m'inspire : le camouflage. Dans le domaine militaire le motif camouflage se compose de formes naturelles, c'est a dire non géométrique afin de se fondre dans l'environnement. Ici le camouflage se compose d'iles des Antilles s'entremêlant pour former un motif unique et déroutant. 

0 comments

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published